Une conférence autour du rapport de l’UNICEF sur l’excision

Juillet dernier, l’UNICEF publiait un rapport sur les mutilations génitales féminines. Ce lundi, Claudia Cappa, auteure de ce rapport, a présenté lors d’une conférence tous les détails de son étude aux acteurs de la mobilisation « Excision, parlons-en ! ». Une conférence organisée à Paris, symboliquement à quelques jours de la Journée internationale de la fille, le 11 octobre.
Une conférence autour du rapport de l’UNICEF sur l’excision
En charge des statistiques à l’UNICEF, Claudia Cappa a présenté aux acteurs de la mobilisation « Excision, parlons-en ! » le rapport de l’UNICEF qu’elle a coordonné sur la pratique des mutilations sexuelles féminines.
De
À
« Excision, parlons-en ! »
Ce collectif rassemble des associations et des organisations publiques, comme privées, engagées sur la thématique de l’excision/MSF (Mutilations sexuelles féminines) en France et/ou à l’international, ainsi que des actrices et acteurs de la société civile impliqué‐e‐s dans la défense des droits humains et des droits des femmes en particulier.
Mutilations génitales féminines / excision : aperçu statistique et étude de la dynamique des changements. Tel est le nom complet de ce rapport inédit, publié cet été par l’UNICEF, et rédigé par Claudia Cappa, spécialiste en statistiques et suivi/évaluation basée au siège à New York. Pour ce faire, l’auteure s’est appuyée sur des enquêtes nationales réalisées sur les 20 dernières années dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, là où vivent plus 90 % des femmes et des fillettes excisées dans le monde.
 
Le rapport le plus exhaustif sur la pratique de l’excision
 
Afin de présenter et commenter les détails de ce rapport riche en informations, une conférence s’est tenue ce lundi 7 octobre 2013 au ministère des Affaires étrangères à Paris, à l’initiative du collectif « Excision, parlons-en ! » et de ses partenaires Le rapport dont vous êtes l’auteure (Claudia Cappa) est une somme exceptionnelle de données statistiques et d’informations sur le sujet, soulignait Michèle Barzach, présidente de l’UNICEF France, en discours d’introduction. Il constitue un outil d’expertise et de combat contre les mutilations génitales d’une immense richesse. »
Une somme exceptionnelle de données dont deux chiffres sont certainement les plus marquants pour prendre conscience de la gravité de cette pratique :
  • 125 millions de filles et de femmes actuellement en vie dans 29 pays d’Afrique et du Moyen-Orient ont subi une forme de mutilations génitales
  • 30 millions d’autres filles risquent d’en être victimes au cours des dix prochaines années
Durant la conférence, Claudia Cappa a rappelé qu’il fallait retenir, sous forme d’optimisme, des progrès significatifs et des signaux encourageants grâce au recul de la pratique des mutilations génitales féminines dans plus de la moitié des 29 pays concernés par son étude.
La mobilisation des organisations publiques et acteurs privés demeure plus que jamais nécessaire pour accroitre ces progrès. La Journée internationale de la fille, le 11 octobre, est une nouvelle occasion de le rappeler, et pour défendre les droits des victimes de l’excision.
 
En savoir plus :

Mots-clés :