Ils s'engagent pour les enfants

Docteur Begkoyian, femme médecin au service des enfants

Médecin généraliste de formation, Geneviève Begkoyian est chef du programme santé en Inde où les enjeux sont cruciaux et vitaux pour les enfants. Portrait d’une idéaliste altruiste dont la vie est rythmée par les urgences humanitaires et les enjeux de santé publique.
Docteur Begkoyian, femme médecin au service des enfants
Depuis mars 2013, Geneviève Begkoyian plaide activement en Inde pour faire changer les comportements dans le domaine de la santé.
De
À
Bio express :
  • 1987 : diplômée en médecine d’urgence (en France)
  • Janvier 1989 : première mission humanitaire pour MSF suite au tremblement de terre de décembre 1988
  • 1990 : première expérience en tant que chef de mission au Malawi avec MSF
  • 1992-1993 : diplômée en santé publique en 1992 (à la Nouvelle-Orléans, aux États-Unis)
  • 1993 : elle quitte MSF pour entrer aux Nations unies, au HCR
  • 1996 : elle rejoint le nouveau service d’aide humanitaire de la Commission européenne ECHO (European Commission humanitarian office)
  • 2001 : elle entre à l’UNICEF au siège à New York, en qualité de conseillère
  • Mars 2013 : en poste en Inde, en tant que chef du programme santé de l’UNICEF

Pour des personnes passionnées par leur métier, il faut une révélation dans leur vie. Le genre de déclic qui fait basculer leur parcours professionnel vers ce qu’elles découvrent être leur vocation profonde. Cette révélation justement, Geneviève Begkoyian l’a eu suite à un événement tragique qui l’a particulièrement touchée : le terrible séisme de décembre 1988 en Arménie. « Lors de cet événement, j’étais en année d’internat et je me préparais à être chirurgien, raconte Geneviève Begkoyian. J’ai fait la rencontre d’un médecin arménien de France puis, de fil en aiguille, on m’a proposé de rejoindre Médecins Sans Frontières en Arménie. C’était une révélation incroyable car j’étais arménienne que de nom, mon père était réfugié. Je n’étais pas encore médecin car interne, mais je suis quand même parti pour aider ces populations en difficulté. J’ai découvert ainsi le monde de l’humanitaire, c’était ma première expérience… ».

Douze années d’expérience au cœur des plus grands conflits

De cette première expérience, s’en suit une douzaine d’années au gré des plus grands conflits de la fin du XXe siècle, pour le compte de MSF, puis le HCR (Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés), et ensuite auprès de la Commission européenne. Guerre du Golfe, guerre des Balkans, Rwanda, Malawi, Sierra Leona, Côte d’Ivoire, Libéria, Casamance…
C’est forte de cette expérience solide et précieuse de l’urgence humanitaire que Geneviève Begkoyian rejoint l’UNICEF en 2001. Après la révélation, la consécration. « Le mandat confié à l’UNICEF est magnifique, c’est un très beau pouvoir car il touche à la protection de l’enfant, et c’est un idéal pour moi en tant que femme et médecin, explique-t-elle avec passion. J’ai toujours voulu être médecin, mais là c’est une autre dimension de la médecine qui touche des millions de personnes. »

La mortalité infantile, la priorité fondamentale de l’UNICEF en Inde

Depuis mars 2013, Geneviève Begkoyian est chef du programme santé en Inde où les enjeux sont cruciaux et vitaux pour les enfants. « Nous avons un gros travail au niveau de la santé des enfants, et pour les femmes qui meurent d’accouchement car l'accouchement est le début de la vie et ça représente quelque chose de fabuleux à sauver. »
Passionnée des questions de la survie de l’enfant, dont elle était conseillère au siège de l’UNICEF, Geneviève Begkoyian explique en quoi la lutte contre la mortalité infantile est primordiale dans l’action de l’UNICEF. « Chaque année en Inde, 1,45 million d’enfants meurent avant l’âge de 5 ans, et 800 000 d’entre eux décèdent dès le premier mois de vie! Les raisons sont multiples, déjà parce que ces nouveau-nés naissent de petits poids, souvent d’une maman malnutrie, et dans des conditions d’hygiène et d’insalubrité qu’on aurait pu prévenir, qu’on aurait dû traiter. 30% des enfants qui meurent dans le monde sont en Inde. C’est pourquoi on se doit d’arrêter cet engrenage car on aurait pu sauver ces enfants. »
 
Les enjeux de santé en Inde sont nombreux et prépondérants, ce qui explique que le budget de l’UNICEF dans ce pays soit le plus important au monde. La mortalité des nouveau-nés est donc la priorité du programme santé car elle est l’expression du manque de droits des enfants et mamans en Inde. Cela rallie tous les domaines que l’UNICEF doit défendre, comme le droit à la santé de la mère, à l’éducation et à la protection des filles, à l’accès aux soins des mères et nouveau-nés. « Notre rôle est de mieux conseiller le gouvernement des États Indiens pour mieux considérer ces enfants et leurs mères, précise Geneviève Begkoyian, faire que l’accouchement assisté soit gratuit et accessible aux plus vulnérables, notamment pour les femmes de sous- castes comme les intouchables. C’est une mission fabuleuse car les enjeux sont importants pour le bien des enfants indiens » poursuit-elle avec un profond sens des responsabilités.

L’UNICEF à l’origine d’un nouveau service téléphonique de prévention

Citons par exemple une superbe initiative de l’UNICEF en Inde dont Geneviève Begkoyian en est fière par son efficience. Celle du nouveau standard téléphonique pour prévenir d’un accouchement.
Quand on sait que 680 millions d’Indiens n’ont pas de latrines mais 700 millions de personnes ont un téléphone mobile, on prend vite conscience du rôle utile de ce moyen de communication dans cette lutte contre la mortalité infantile. « Nous avons eu l’idée de créer un service de standard téléphonique, avec des partenaires privés et le soutien du gouvernement indien, qui permet aux possesseurs de mobile de prévenir de l’accouchement imminent d’une femme ou jeune fille, afin qu’elle soit prise en charge rapidement et gratuitement en transport jusqu’à l’hôpital, même dans les coins les plus reculés d’Inde, explique Geneviève Begkoyian. On œuvre pour que tous les enfants et mères aient un accès aux soins primaires. »
 
Le gouvernement indien prend toutes les décisions possibles et inimaginables mais il trouve des difficultés à les mettre en œuvre sur le terrain, c’est pourquoi l’UNICEF est là pour l’accompagner et le conseiller. « La force de l’UNICEF est la grande communication pour les changements de comportement » défend Geneviève Begkoyian. L’UNICEF et ses partenaires utilisent ainsi les médias, les moyens de communication et les transports, pour faire changer les comportements des mères et des enfants au sein de toutes les communautés indiennes, à l’image de l’exemple de cette plateforme téléphonique.
 
« L’Inde fait peur car elle est immense, elle est imprévisible, violente, forte, mais c’est un pays passionnant riche d’une culture et d’une histoire incroyables, et certainement d’un futur incroyable » conclut Geneviève Begkoyian, admirative et respectueuse envers cette culture millénaire. Avec une professionnelle de cette dimension humaine et si investie dans son métier, les enfants indiens ont trouvé une bonne étoile…
 
Pour en savoir plus :
Toutes nos actualités sur l’Inde
Toutes nos actualités sur la mortalité infantile
Les actualités de l’UNICEF en Inde, sur le site international

Mots-clés :

Réactions (1)

Adam1234

Il y a 5 ans j'ai rencontré

Il y a 5 ans j'ai rencontré Docteur Begkoyian à l'occasion d'une conférence sur la mortalité infantile dans les village indou, j'ai pu apprécier durant cette rencontre les qualités humaines et professionnel de docteur Begkoyian, C'est une grande dame pour laquelle j'ai eu beaucoup de respect, le travail qu'elle a fait dans son pays restera gravé dans l'histoire de l'humanité pour les siècles à venir, c'est sur qu'elle a toujours manqué de moyen, mais ceci n'a pas remis en cause sa détermination, notre monde manque de personne comme elle, avec ces mots j'essaie de rendre hommage à ce docteur et à tout ceux qui à travers le monde essaie de leur mieux de redonner le sourire aux plus vulnérable, Menage-Pro qui est une entreprise d'entretien ménager rend hommage a ses bénévole dans la section blog de son site web que je vous invites à visiter d’ailleurs, dans la section blog l'entreprise explique dans un de ses articles comment en faisant le ménage chez des particuliers et entreprise elle arrive à susciter l'esprit d'entraide de ses clients.